Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘spectacles’

Photo : Gordon Beck, 1969, Archives de la Ville de Montréal, VM94,SY,SS1,SSS14,TH9-183-010

La petite ville de Woodstock dans l’État de New York est surtout célèbre pour le festival de musique qui s’y tient au mois d’août 1969 sur les terres d’un fermier, situées à soixante kilomètres de la ville. Plusieurs grands noms de la scène folk, pop, rythm and blues et rock s’y produisent. Mais sait-on qu’un festival d’aussi grande envergure se tient à Terre des Hommes tout au long de ce même été? Durant les mois de juillet et août, la place des Nations vibre en effet aux sons de Vanilla Fudge, James Brown, The Association, Robert Charlebois, Sam and Dave, Joan Baez, Ravi Shankar et Sly and the Family Stone. Ces trois derniers se sont d’ailleurs produits à Woodstock. Tous ces spectacles sont gratuits, et les hippies montréalais peuvent célébrer leur culture d’amour et de paix.

Publicités

Read Full Post »

Photo : auteur inconnu, 1964, Archives de la Ville de Montréal, VM94,SY,SS1,SSS14,S1-052

En cette soirée de 1964, ce contrebassiste se produit dans une salle de spectacle de la ville, et sa musique anime une night life montréalaise en plein déclin. Pourtant, à peine quinze ans auparavant, la métropole était considérée comme l’une des scènes de jazz incontournables dans le circuit des grandes villes, et elle était visitée par les plus célèbres stars de l’époque. Les Count Basie, Duke Ellington, Oscar Peterson, Miles Davies et autres grands noms foulent les planches des clubs les plus réputés de Montréal : le Rockhead’s Paradise ou le Café St-Michel dans le bas de la ville, le Spencer’s Café, Chez Parée ou Chez Maurice au centre-ville. C’est ainsi depuis la prohibition américaine des années 1930, et grâce à la présence bien établie d’une communauté noire dans Saint-Antoine et la Petite-Bourgogne.

Read Full Post »

Photo : Yvon Bellemare et Marcel Houle, 1964, Archives de la Ville de Montréal, VM94,SY,SS1,SSS13,S1-063

On croit souvent que les nuits de Montréal ont disparu lors de la croisade pour la moralité publique menée par Jean Drapeau et la Ligued’action civique dans les années 1950. Il est vrai que la ville était auparavant ouverte au jazz, aux spectacles, au jeu ou à la prostitution. Certaines boîtes de nuit appartenaient même à des individus du monde interlope. Pourtant, en 1964, les cabarets montréalais attirent toujours les spectateurs qui se rendent en grand nombre au Café Saint-Jacques, au Café de l’Est ou à la Casa Loma.Le déclin véritable de ces établissements survient plutôt à la fin de la décennie.

Read Full Post »

Montréal 67 (octobre 1967)Le numéro d’octobre 1967 de la revue Montréal 67 porte principalement sur la fermeture d’Expo 67. On y retrouve aussi des articles sur le restaurant Hélène-de-Champlain qui a servi de pavillon d’honneur à l’expo, les équipements informatiques au Ministère de l’Éducation du Québec, sur le transport par autobus de même que sur les spectacles du monde entier à Expo 67.  http://fr.calameo.com/read/00020327474afdacfbd56

Vue d'une section de l'Expo avec le pavillon de la Grande-Bretagne à l'arrière-plan, 1967

Les pavillons thématiques d'Expo 67, 1967

Les pavillons du Canada et de l'Ontario, 1967

Read Full Post »