Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Jean Drapeau’

Match inaugural des Expos de Montréal, 14 avril 1969, VM94-Ad76-0131

Le 14 avril 1969, dans l’est de Montréal, des gamins de 10 et 11 ans sagement assis dans leurs classes rêvent du match inaugural des Expos. Quelle magnifique journée pour être dans les gradins du stade du parc Jarry avec 29 184 autres spectateurs pour le premier match de baseball majeur à l’extérieur des États-Unis ! Vers 13 h 20, les cérémonies d’ouverture débutent avec la présentation des dignitaires. Le premier ministre du Québec, Jean-Jacques Bertrand, est sifflé alors que le maire Jean Drapeau est acclamé. Les joueurs des Expos – Boccabella, Stoneman, Laboy, Staub, Jones, Wills et autres – sont ovationnés durant près d’une minute.

Le «Play ball» retentit à 13 h 45. Les Cards de Saint-Louis se présentent au bâton. Lou Brock frappe un roulant à Gary Sutherland au deuxième but pour le premier retrait du match. Dans la deuxième moitié de la première manche, les Expos s’amènent au marbre. Avec deux hommes sur les buts, le joueur de champ gauche Mack Jones claque un circuit de trois points.  Il est tout de suite adopté par les amateurs qui ont pris place dans les estrades populaires («bleachers») et qui l’éliront bientôt maire de Jonesville. Après une remontée des Cards en quatrième manche, les Expos l’emportent finalement 8 à 7. Comment les élèves l’ont-ils su? Un des leurs possédait une radio à transistors munie d’un écouteur placé dans l’oreille droite et cachée par ses cheveux. Ah! Le progrès!

Les Expos de Montréal, 14 avril 1969, VM94-Ad76-0128

Publicités

Read Full Post »

La taxe volontaire, 1968Le 2 avril 1968, lors du dépôt du budget annuel de la Ville de Montréal, le maire Jean Drapeau annonce la création d’une taxe volontaire permettant de combler le déficit du budget municipal. Montréal vient de mettre sur pied, selon le journal La Presse,  «la première loterie gouvernementale au Canada (3 avril 1968)».

Quelques jours plus tard, le 10 avril, le Conseil de ville de Montréal approuve une résolution autorisant le Comité exécutif à établir les mécanismes et la procédure nécessaires à la perception de taxes volontaires et établissant 151 prix d’une valeur de 150 000$. 

Le premier tirage a lieu le 27 mai 1968. Madame Venitia Barrette remporte le gros lot de 100 000$. 

En décembre 1969, après 19 mois d’activités, la taxe volontaire cesse ses activités à la suite d’un jugement de la Cour Suprême qui confirme l’illégalité de la loterie. À la même époque, le gouvernement du Québec crée la Société d’exploitation des loteries et courses, Loto-Québec, dont le premier tirage se tient le 14 mars 1970.

Sources :  Fonds du Service du greffe (VM6), Dossiers de coupures de presse, D401.12, Taxe volontaire. Fonds du Conseil de ville (VM1), Dossiers de résolution, 4e série, no 908.

Read Full Post »

Le Devoir, édition spéciale, 1954, P43.S4,SS1,D002La Commission d’enquête présidée par le juge François Caron est créée le 31 mai 1950 à la suite du jugement du juge O.S. Tyndale accueillant la requête présentée, le 11 mai 1950, par Jean Drapeau et Pacifique Plante au nom de plusieurs requérants et désignant le juge François Caron pour mener une enquête sur les allégations de l’acte d’accusation, le tout en vertu de la Loi sur la fraude et la corruption dans les affaires municipales (Statuts révisés de Québec, 1941, chap. 214, art. 9). La publication d’une série d’articles dénonçant la tolérance de la police face au crime organisé par le quotidien Le Devoir, de novembre 1949 à février 1950, avait pavé la voie à la présentation d’une telle requête et à l’instauration d’une enquête. Cette dernière débute le 11 septembre 1950. Les séances sont ajournées le 20 novembre en raison d’appels présentés à la Cour du banc du roi. Le 29 janvier 1951, les travaux reprennent jusqu’à une nouvelle suspension le 5 mai 1951, résultat de l’émission d’un bref de prohibition. Les travaux reprennent le 3 mars 1952 et se terminent le 2 avril 1953. La Commission a tenu 335 séances et entendu 373 témoins. Le juge Caron rend son jugement le 8 octobre 1954.

Minutes of a conference, 13 janvier 1944Dans ce fonds d’archives que nous conservons aux Archives de Montréal, on retrouve un dossier qui porte sur la lutte menée par les autorités civiles et militaires contre la propagation des maladies vénériennes à Montréal notamment au sein du district militaire 4.  C’est ainsi que l’on retrouve un procès-verbal de la conférence sur le contrôle des maladies vénériennes datant de 1944. Dans ce rapport, on y présente une liste des maisons de débauche  (bawdy houses) de Montréal.

Liste des maison de débauches à Montréal en 1944, 13 janvier 1944,P43,S4,SS2,D2

Liste des maison de débauches à Montréal en 1944, 13 janvier 1944,P43,S4,SS2,D2

Read Full Post »

Rusty Staub et le maire Jean Drapeau, 7 avril 1970. VM94-E2580-008Mardi le 7 avril 1970, Montréal se prépare à accueillir ses Expos pour une deuxième saison. Entre 9 h et 10 h, le maire Jean Drapeau reçoit les membres de l’équipe à l’hôtel de ville pour une petite réception et la signature du livre d’or.

Par la suite, les joueurs se dirigent au parc La Fontaine où se prépare un défilé organisé par la Jeune Chambre de commerce de Montréal.

Ce défilé se met en branle à 11h30. Il emprunte les rues Sherbrooke, Peel, Sainte-Catherine, Université et Dorchester (René-Lévesque) pour se terminer à 12h30 à la Place Ville-Marie où le gérant Gene Mauch y présente les membres de son équipe.

L’ouverture officielle de la saison au parc Jarry a lieu le lendemain face aux Cards de Saint-Louis.

Les Archives de Montréal vous proposent un album de 37 photos de cet événement à l’adresse suivante : http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157627069978036/

Dans les prochains jours le match inaugural du 8 avril 1970 au parc Jarry.

Les joueurs des Expos à la Place Ville-Marie, 7 avril 1970, VM94-E2580-067

Read Full Post »

Programme souvenir du premier match des Expos de Montréal, 14 avril 1969 En ce drôle de printemps 2011, les Archives de la Ville de Montréal vous proposent un été d’albums photos et de documents consacrés au baseball professionnel, plus particulièrement aux Expos de Montréal.

En avril 2009, nous avions déjà mis en ligne un album de 67 photos couleurs du match inaugural des Expos au stade du parc Jarry le 14 avril 1969. Vous pouvez le consulter à l’adresse suivante : http://bit.ly/mkK9rx

Aujourd’hui, nous vous proposons un album de 36 photos en noir et blanc du même événement qui vit les Expos battre les Cardinals de Saint-Louis au compte de 8 à 7.

Fait important à souligner, ce match fut le premier du baseball professionnel à être joué à l’extérieur des États-Unis.

À voir à l’adresse suivante : http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157626845503713/

Mack Jones et Bob Bailey, 14 avril 1969, VM94-E2325-079

http://www.flickr.com/photos/archivesmontreal/sets/72157626845503713/

Read Full Post »

Montréal 68 (août-septembre 1968)L’avant-dernier numéro de Montréal 68 porte sur les sujets suivants :  une lettre du maire Jean Drapeau au sujet du décès de Daniel Johnson, premier ministre du Québec; le premier ministre du Canada, Pierre Trudeau; la Banque de Montréal, première banque du Canada;  le théâtre du Rideau Vert et ses deux fondatrices, Yvette Brind’Amour et Mercedes Palomino; l’accession de Montréal au baseball majeur; ainsi qu’un reportage photographique sur Terre des Hommes.

À lire : http://fr.calameo.com/read/0002032740ad812e389e4

Pierre Trudeau, 1968

Read Full Post »

Tempête de mars 1971          Parmi les grands événements climatiques qui ont marqué les Montréalais depuis les cinquante dernières années, deux se distinguent nettement : le verglas de janvier 1998 et la tempête de neige de mars 1971. Surnommée la tempête du siècle, elle débute dans la soirée du mercredi 3 mars et laisse près de 50 cm en 24 heures. Le tout est accompagné de vents de 100 km/h. Montréal est entièrement paralysée. Selon le maire Jean Drapeau, cette tempête est probablement la plus violente de l’histoire car «nous n’avons pas trouvé trace dans les archives de Montréal».

          Durant la journée de jeudi, le maire demande aux Montréalais de s’abstenir de prendre leur voiture et plutôt d’opter pour le métro qui, pour la première fois de son histoire circula toute la nuit du 3 au 4 mars1. Il demande même à la direction des Canadiens de Montréal d’annuler le match qui doit avoir lieu au Forum contre les Canucks de Vancouver. Les rues désertes de la ville appartiennent alors aux motoneigistes. Plus de 200 d’entre eux circulent à bord de leur engin aidant et secourant la population à l’appel de la police, incapable de patrouiller.

          Le lendemain, le maire Drapeau réitère son appel pour permettre aux véhicules de la Ville d’ouvrir les rues. Montréal est toujours pétrifiée. Le Journal de Montréal, le Montréal-Matin et Le Devoir n’ont pu être publié. Tous les procès, dont celui de Paul Rose, sont repoussés à une date ultérieure. On annule même le tirage de la Mini-loto… Le bilan est lourd : plusieurs décès et de nombreux blessés. Parmi les morts, un citoyen de Laval est retrouvé dans sa voiture ensevelie au boulevard Cavendish sous la voie élevée de l’autoroute métropolitaine. Seule l’antenne dépassait.

          Cette tempête devint un cauchemar pour l’administration montréalaise. L’hiver avait déjà laissé 355 cm de neige et la facture de déneigement s’élevait à 20 millions de dollars, une «somme fantastique et jamais atteinte» selon le journal La Presse.

1 . La seconde et dernière fois fut dans la nuit du 31 décembre 1999 lors de l’arrivée de l’an 2000.

Texte de Mario Robert publié le 2 mars 2006 dans le journal MTL de la Ville de Montréal

Read Full Post »

Older Posts »