Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘1947’

Photo : auteur inconnu, 1947, Archives de la Ville de Montréal, VM94,SY,SS1,SSS17,Z383-001

En juillet 1918, le Service de police embauche les quatre premières policières, qui sont congédiées presque aussitôt, moins de deux mois après l’Armistice. Il faut attendre la Seconde Guerrepour que la Villeengage de nouveau et pour de bon d’autres policières. L’offre d’emploi afin de pourvoir vingt postes est publiée le 30 avril 1946. Les qualifications requises sont nombreuses : bilinguisme, âge minimal de 25 ans, santé robuste, connaissance des problèmes sociaux féminins et plus encore. Sur 109 candidatures reçues, seules 11 sont retenues. Après 28 jours d’entraînement, où la culture physique n’est qu’un élément du programme, ces pionnières intègrent le corps policier. Spécialisées dans la lutte contre la criminalité juvénile, elles gagnent 1 500 $ par an et, contrairement aux hommes, n’ont pas droit au port d’arme.

Publicités

Read Full Post »

Photo : Henri Thibodeau, 1947, Archives de la Ville de Montréal, VM95,SY,SS1,SSS1.

En août 1947, le photographe du Service de police immortalise les lieux du meurtre d’Hervé Boucher, près du boulevard Saint-Laurent et de la rue Sainte-Catherine, cœur du Red Light. Haut lieu de la prostitution, des maisons de jeu et de la vente de drogues, le quartier vit sous l’emprise du crime organisé. Les autorités policières se montrent tolérantes, voire complices, de ces activités illégales jusqu’à ce que deux avocats, Jean Drapeau et Pacifique Plante, fassent pression sur les autorités municipales à partir de 1950. En octobre 1954, le rapport d’enquête du juge François Caron sur le jeu et le vice commercialisés à Montréal fait grand bruit et bouleverse l’échiquier politique municipal, permettant à Drapeau de se faire élire une première fois à la mairie de Montréal cette même année.

Read Full Post »

 

Voiture à patate frites coin Ontario et Darling, 5 mai 1947,  VM94,Z385-2

Voiture à frites coin Ontario et Darling, 5 mai 1947, VM94,Z385-2

 

Le 17 mai 1946, un rapport du service de la Santé recommande d’interdire la vente de frites et autres aliments dans les rues de Montréal par mesure d’hygiène. Le conseiller David Rochon affirme «que les propriétaires de ces voitures ignorent courammment les règlements de la circulation, qu’ils sont une cause de malpropreté, qu’ils sont aussi un danger pour les enfants qui se cramponnent à leurs voitures, qu’ils troublent la paix des citoyens avec leurs sifflets et finalement, qu’ils sont dans l’ensemble un obstacle au progrès des petits marchands de la ville (La Patrie, 29 septembre 1946). Au printemps 1947, l’administration municipale refuse d’émettre les permis de ces marchands.

À cette époque, il circule environ 190 voitures de ce genre dans les rues de la ville. 

 

Voiture à patates frites au de la rue coin Masson et boulevard Pie IX, 5 mai 1947, VM94,Z384-2

Voiture à frites au de la rue coin Masson et boulevard Pie IX, 5 mai 1947, VM94,Z384-2

 

Voiture à frites stationnée au coin des rues Bordeaux et Ontario. 5 mai 1947,VM94,Z386-2

Voiture à frites stationnée au coin des rues Bordeaux et Ontario. 5 mai 1947,VM94,Z386-2

Read Full Post »